La crise du coronavirus et les restrictions sanitaires ont complexifié les obsèques d’un proche ainsi que son hommage. Faire son deuil dans cette période est une double épreuve. Écoutez l'émission radio "Je pense donc j'agis" animée par Melchior Gormand sur RCF.

Détresse et épreuve

Les personnes ayant perdu un proche par temps de Covid ont dû faire face à des restrictions sanitaires les empêchant d’honorer traditionnellement lors d'une cérémonie, leur proche décédé. Ces restrictions ont suscité de la colère et un désarroi chez les familles, souvent démunies face à l’inédit de la situation. "La colère est inhérente au deuil mais a pu être exacerbée, et ce légitimement, durant la crise sanitaire et les restrictions ne pouvant permettre de se rassembler pour commémorer un proche", explique Catherine Pernet, coordinatrice pour la Fédération Européenne Vivre son deuil.

Un service solidaire gratuit

Fondé par Clémentine Piazza, le site internet InMemori propose aux familles et amis ayant perdu un proche de créer un espace virtuel protégé et privé, non référencé des moteurs de recherche, pour publier des messages et photos rendant hommage à la personne décédée. Ce site s’adresse aux familles ayant perdu un proche et leur permet de se rassembler, virtuellement, pour commémorer l’être aimé perdu, notamment pendant le confinement. Une manière de se réunir virtuellement pour accompagner les proches vers leur dernière demeure. Cette plateforme propose en outre "d’aider les familles à trouver de nouveaux repères, en les accompagnant et simplifiant de nouveaux rites funéraires, tout en réunissant leur communauté", explique Clémentine Piazza.

Affronter le deuil accompagné

C’est ce que recommande Catherine Pernet : "la perte d’un proche est toujours une expérience très brutale et douloureuse, il ne faut pas hésiter à se faire aider auprès de structures spécialisées, le deuil s’achemine aussi avec les autres".

Clémentine Piazza développe également :

Le deuil est universel, quelles que soient les cultures, les hommes accompagnent leurs morts et leur souffrance est partagée.

Écoutez l'émission sur le site de RCF