Crémation ou inhumation ? À l'heure d’organiser les obsèques, le rite de la crémation pourra être retenu ; il existe depuis 1887 en France. La crémation - à ne pas confondre avec l’incinération - est ce procédé funéraire consistant à brûler et à réduire en cendres le corps humain décédé. Le défunt peut avoir émis le souhait dans ses dernières volontés de recourir à cette pratique. Sinon, il revient aux proches d'en faire la demande. Connaître le déroulé de la crémation paraît indispensable pour s’y préparer.

Un rituel particulier entoure la crémation qui peut s'inscrire dans des obsèques laïques. Le déroulé de la crémation comporte en règle générale quatre étapes majeures.

La famille accueillie pour la crémation

Quelques jours s’écoulent entre le décès et le transfert du défunt au crématorium, conduit par les pompes funèbres. La famille attend sur le lieu. Elle aura choisi en amont un cercueil en bois léger, en tous les cas adapté à la crémation. Un agent dédié laisse proches et amis prendre place dans la salle du crématorium ; il prononce quelques mots introductifs. Le cercueil, mis sur un rail roulant, est placé à la vue de tous.

La cérémonie de recueillement

Un temps d’adieu est alors proposé. Il se situe au cœur du déroulé de la crémation comme une étape essentielle. Plusieurs discours et textes pour obsèques peuvent être lus, entrecoupés de moments musicaux, silencieux ou de la projection de photos. Des chansons pour obsèques peuvent être diffusées. Chacun, s’il le désire, manifeste son affection au défunt par un geste devant son cercueil ou le dépôt d’une rose. Un registre de condoléances est tenu à disposition des présents.

La crémation

Une fois le cercueil disparu de la vue de tous, derrière une trappe ou un rideau, il est dirigé vers la chambre de combustion aux murs parés de briques thermiques. Parfois, la famille et les proches, à travers une paroi vitrée ou grâce à un système vidéo, peuvent assister à son entrée. Puis, ils patientent le temps du processus de crémation, une heure et demie environ, dans un salon avoisinant, intime et confortable.

Le devenir des cendres

Après la crémation, les cendres cinéraires sont scellées dans l’urne funéraire qui est remise à un représentant de la famille. Le délai est d’un an pour décider du devenir des cendres. L’urne pourra être agrémentée d’une couronne de deuil et inhumée dans la sépulture de famille ou bien conservée dans le columbarium - espace collectif - d’un cimetière ou dans la cavurne - petit caveau individuel - d’un site funéraire. Sinon, la dispersion des cendres, selon une réglementation spécifique, peut être réalisée dans un jardin du souvenir ou en pleine nature : forêt, bois, montagne, mer.

Le déroulé de la crémation en lui-même et ses suites révèlent combien les cendres sont traitées comme des corps, avec « respect, dignité et décence », selon les mots de la loi Sueur de 2008. Les personnes crématisées peuvent compter sur une commémoration solide dans la lignée de cette phrase inscrite dans le crématorium de La Guillotière à Lyon : « Le vrai tombeau des morts est le cœur des vivants. »